Ministère d'État, Ministère de la Défense République de Côte d’Ivoire
armoirie

Les Ecoles Militaires


L'ECOLE DES FORCES ARMEES

L’Ecole des Forces Armées a été créée par le décret présidentiel du 29 septembre 1961 portant organisation des Forces Armées Nationales. Le 15 janvier 1963, elle est inaugurée par le premier Président de la République de Côte d’Ivoire feu FELIX HOUPHOUET BOIGNY. Sur son premier site, à la troisième région militaire à BOUAKE, elle accueille ses deux premières promotions d’élèves officiers et un peloton d’élèves caporaux.

En novembre 1966, elle est transférée sur le site de la Base aérienne de BOUAKE. De la période du 15 janvier 1963 au 19 juillet 2000, le commandement de cette école a été confié à des officiers supérieurs français. Depuis le 20 juillet 2000, ce sont des Officiers ivoiriens qui en assurent le commandement.

Les crises qu’a connues le pays ont occasionné plusieurs déménagements de l’Ecole. De 2003 à 2004, elle a opéré une phase transitoire sur le site civil de l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer à Yopougon (ABIDJAN).

Depuis 2005, l’EFA occupe l’ancien site de l’Ecole de Maintien de la Paix de Zambakro (YAMOUSSOUKRO); ayant amorcé sa restructuration, elle attend encore la réinstallation de la Division des Spécialistes et la Division d’Application des Transmissions.

Depuis sa création en 1963, l’Ecole des Forces Armées est placée sous le commandement d’un officier supérieur français.

Mais en 1965 et en 1967, deux officiers supérieurs ivoiriens ont assuré l’intérim du commandement. Et depuis 2000, l’Ecole est commandée par un officier supérieur ivoirien.

L’Ecole des Forces Armées de Zambakro est chargée de la formation initiale, de la formation au commandement en corps de troupe et l’enseignement militaire supérieur d’officiers d’Afrique francophone. C’est une école complète du point de vue de la formation au regard de sa constitution organique : 46 maillons forment la chaîne de promotion d’officiers d’active formés à l’EFA de 1963 à 2016 issus de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Burkina Faso, de la Guinée, du Mali, du Niger, du Togo, du Tchad, de la République centrafricaine, du Sénégal.

L’école est ouverte aux jeunes ivoiriennes et ivoiriens titulaires de la licence ou d’un diplôme équivalent et âgés de 26 ans au plus au terme de l’année du concours.

 

L'ECOLE NATIONALE DES SOUS-OFFICIERS D'ACTIVE

L’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA) qui faisait partie de l’Ecole des Forces Armées (division de formation des cadres) a été créée le 26 mai 1978. Le 27 novembre 1983, l’ENSOA s’implante sur son site traditionnel situé à la sortie Est de Bouaké, route de M’bahiakro par arrêté N°6676/MD/DAALM portant scission de l’Ecole des Forces Armées.

Du fait de la crise de 2002, l’école est transférée le 03 mars 2005 à Daoukro, avec une extension à Abidjan Akouédo. Dépositaire des traditions et de l’histoire du corps des sous-officiers de l’armée de terre, l’école est garante de sa cohésion et accompagne les sous-officiers tout au long de leur vie professionnelle.

La mission de l’ENSOA est d’assurer la formation initiale des futurs sous-officiers, le perfectionnement des sous-officiers et militaires du rang, la formation arme des spécialistes des armées et de la gendarmerie nationale, et la formation initiale des paramilitaires (police, douanes).

Cette école est le creuset de la formation des Sous-Officiers des Armées. Ce qui lui a valu le troisième prix de la meilleure école militaire lors de l'édition 2014 du prix de l'excellence.

L’admission se fait par voie de concours et est ouvert aux jeunes gens ivoiriens dont l’âge varie entre 18 et 24 ans. Depuis 2013, l’école accueille ses premiers élèves féminins.

 

L'ECOLE MILITAIRE PREPARATOIRE TECHNIQUE

La création des collèges et lycées militaires dans le monde est d’inspiration française. Il eut au 19ème siècle, la création en Afrique de « l’école des otages» par FAIDHERBE, Gouverneur de l’Afrique Occidentale Française (AOF). A partir du début du 20ème siècle, l’école des otages devient Ecole des Enfants de Troupe (EET).

En Côte d’Ivoire, l’EMPT, la plus ancienne des institutions de formation militaire de notre pays, a été créée en 1939 sous l’appellation Ecole des Enfants de Troupe (EET) et était basée à Abidjan sur l’actuel site de la cité administrative. Elle était ouverte à tous les élèves de l’AOF.

En 1952, on note l’ouverture du cycle secondaire à l’EET qui est délocalisée à Bingerville sur le site actuel. En 1956, elle prend l’appellation EMPTA (Ecole Militaire Préparatoire Technique Africaine). En 1962, L’EMPTA devient définitivement EMPT (Ecole Militaire Préparatoire Technique).

A la rentrée scolaire 2013-2014, l’EMPT accueille pour la première fois des jeunes filles ivoiriennes au nombre de 20.

L’EMPT a pour mission de donner aux enfants de troupe une formation morale, académique et militaire leur permettant de participer dans les meilleures conditions au recrutement des cadres et techniciens des Forces Armées de Côte d'Ivoire, et de celles des pays amis du Niger, du Bénin, du Sénégal, du Togo, du Cameroun, du Mali, du Burkina Faso, de la Centrafrique, de la Guinée et du Tchad.

De sa création jusqu’en 1974, l’EMPT a été dirigée par des Officiers français. A partir de Juin 1974 jusqu’à ce jour, quinze (15) officiers ivoiriens se sont succédés à la tête de l’Ecole.

L’admission se fait par voie de concours ouvert tous les ans aux élèves garçons et filles en fin de cycle primaire et âgés de moins de 12 ans à la date du concours.

Le 02 août 2016, au cours de la cérémonie de baptême de la 70ème promotion sortante, la marraine, Madame Dominique OUATTARA, Première Dame de Côte d’Ivoire, a procédé à l’inauguration du campus des enfants de troupe féminins.

 

LE CENTRE D'INSTRUCTION ET DE FORMATION INITIALE DES MILITAIRES DU RANG

Un décret crée au sein des Forces Armées, une école de formation initiale pour les militaires du rang de l'Armée de l'Air, de l'Armée de Terre, de la Marine Nationale. Le Centre d’Instruction et de Formation Initiale des Militaires du  Rang répond à la nécessité de mutualiser les ressources de formation, les moyens étatiques et de donner un encadrement plus approprié de façon à avoir une armée mieux formée, plus efficace et à même de remplir ses missions au service de l’État de Côte d'Ivoire.

Le CIFIM est implanté à Séguéla et a pour mission d'améliorer la qualité de formation des militaires en général et celle des militaires du rang en particulier.

Sa mission est de dispenser à tous les militaires du rang une formation initiale commune en 12 semaines sur les notions fondamentales militaires et l’accoutumance aux exigences et à la rigueur du métier de soldat.

BON A SAVOIR

Le CIFIM, selon les prévisions, devrait devenir d’ici peu, le Centre d’Entraînement aux Opérations de Maintien de la Paix (CEOMP) ; dotant ainsi la Côte d’Ivoire d’un outil de rayonnement régional et international.